Alphonse Desjardins
LA PETITE HISTOIRE
DE LA CAISSE POPULAIRE DE HAVRE-AUX-MAISONS

Les Débuts

 

FUSIONS ET FERMETURES DE CAISSES DESJARDINS FÉVRIER 2013

FUSION DES CAISSES DES ILES


COOP. DÉVELOP, SOC, ÉCO, I.M. (CERMIM)

Plus d'un siècle d'histoire

L'histoire du Mouvement Desjardins est indissociable de celle du Québec moderne. Le développement de son réseau et la diversification de ses activités ont accompagné l'essor social et économique du Québec. Formant aujourd'hui l'un des plus importants groupes financiers au pays, Desjardins est toujours resté fidèle à la philosophie de son fondateur : contribuer au mieux-être des individus et des collectivités.

1854 Le 5 novembre. Naissance à Lévis de Gabriel-Alphonse Desjardins, huitième enfant d'une famille qui en comptera quinze.

1864-1870 Études au Collège de Lévis.

1871 Enrôlement dans la milice canadienne et expédition à la Rivière Rouge, au Manitoba.

1872-1876 Journaliste à L'Écho de Lévis, journal conservateur.

1876-1879 Journaliste au Canadien, dont son frère Louis-Georges est l'un des propriétaires.

1879-1890 Desjardins publie les Débats de l'Assemblée législative du Québec.

1879 Le 2 septembre. Il épouse Marie Clara Dorimène Desjardins, de Sorel. Ils auront dix enfants : six garçons et quatre filles.

1880-1893 Présence de Desjardins au conseil d'administration de la Chambre de commerce de Lévis ; il en sera le secrétaire-trésorier de 1880 à 1888.

1891 Pendant trois mois, il publie son propre journal, L'Union canadienne.

1892-1917 Il est sténographe français à la Chambre des communes.

1893-1900 Il donne des cours de sténographie au Collège de Lévis.

1893 Il compile des Notes pour servir à une étude de l'assurance-vie.

1900 Le 6 décembre. Fondation de la première caisse populaire, à Lévis.

1900-1914 Démarches pour obtenir la reconnaissance juridique des caisses ; ces démarches mèneront à l'adoption d'une loi au Québec, mais demeureront vaines à Ottawa.

1902 Il devient membre de l'Alliance Coopérative Internationale, qui lui accorde le privilège d'en faire partie sur une base individuelle.

1907-1914 À la faveur de ses tournées, fondation de plusieurs caisses.

1908 Premier voyage aux États-Unis, au cours duquel il fonde la Caisse populaire Sainte-Marie de Manchester, dans le New Hampshire. Il retournera quatre fois aux États-Unis, y fondera huit autres caisses, prononcera des conférences et participera à la rédaction des lois constitutives des credit unions.

1913 Il est fait commandeur de l'Ordre de Saint-Grégoire-le Grand par le Saint-Siège, en reconnaissance de sa contribution aux oeuvres sociales catholiques.

1914 Atteint d'urémie, il doit ralentir ses activités.

1920 Le 31 octobre. Décès d'Alphonse Desjardins. Il sera inhumé le 4 novembre et aura droit à d'imposantes funérailles, auxquelles assistent de nombreux représentants de l'Église et des deux gouvernements.

Une première caisse naît à Lévis. Plusieurs autres caisses sont fondées peu après. Un réseau coopératif se structure et s'enracine. Dans les régions comme dans les villes, un nouveau mouvement de prise en charge s'organise...

AUX ILES-DE-LA-MADELEINE


En 1937, les Madelinots n'échappent pas à la crise économique nord-américaine.

La situation aux îles est, comme partout ailleurs, très précaire. Pour contrer les problèmes financiers et améliorer le développement socio-économique, il est primordial de trouver des moyens de s'en sortir.

Le député des Îles, Hormidas Langlais, fait alors des démarches auprès de la fédération des caisses populaires Desjardins de Québec afin qu'elle envoie des "propagandistes" faire connaître le mouvement coopératif par le biais des cercles d'études.

C'est donc l'abbé Émile Turmel qui arrive aux Îles, cette même année 1937, dans le but de faire la propagande du mouvement des caisses populaires.

En collaboration avec les gens du milieu, l'abbé Turmel fonde la Caisse de Lavernière en 1938. Pendant cette même période, il met sur pied le comité de la Régie Supérieure des caisses populaires des Îles.

Mgr J.A.H. Blaquière, l'abbé Alfred Gallant, messieurs René Scott, Ovide Hubert et Fred Landry sont les pionniers de ce comité. Ils ont comme mandat d'implanter d'autres caisses sur le territoire et d'en assurer le bon fonctionnenent.

S'ajoutent au fil des ans Gustave Lafrance, Léger Bourque, Edgar Bourque, Edmond Cormier et Albin Aucoin, qui eux aussi sont de fidèles propagandistes de la cause coopérative.

Le Père Alfred Gallant avec énergie et dynamisme stimule les membres et passe à l'action. La caisse de Havre-aux-Maisons voit le jour en 1938, celle de Bassin et de Grande-Entrée en 1939, Havre-Aubert en 1940, Pointe-aux-Loups en 1943 et enfin, la caisse populaire de Fatima en 1949.

Par leur travail acharné, les propagandistes et les sociétaires dotent les Îles d'intitutions financières qui contribuent au développement économique de l'archipel. (Source: Album 50ième ann. C.P. Fatima)



Source: Site desjardins.com
©Tous droits réservés 2015
"Toute reproduction partielle ou totale sans mon consentement est interdite".